Il n’y a pas de limite !

Voici une anecdote, issue d'un moment de loisirs, très intéressante pour le développement de nos affaires... J'ai la chance de pouvoir vivre ma passion pour la vitesse moto sur piste dans des conditions exceptionnelles. Nous sommes sur le circuit de Catalunya, dans le cadre d'un week-end organisé par les excellents First On Track. Mon coach s'appelle Sébastien Charpentier, double Champion du Monde. Le principe des sports de vitesse est d'essayer d'aller le plus vite possible. Le juge de paix : le chronomètre. Comme tous les sportifs amateurs, je cherche un repère pour évaluer mes "performances".  J'interroge donc Sébastien Charpentier :
- A ton avis, quel est le meilleur chrono que je pourrais réaliser ? C'est quel temps, la limite de ma moto ? - Mais il n'y a pas de limite !
La réponse du champion a fusé, sans la moindre hésitation. Il n'y a pas de limite...  Devant ma mine désemparée, il surenchérit :
- Non, il n'y pas de limite. Tu peux toujours progresser, tu peux toujours faire mieux !
Il est vrai que le bougre sait de quoi il parle : deux titres de Champion du monde Supersport, 13 victoires, 23 podiums et 22 pole positions... Il n'y a pas de limite... Mais bon sang, on peut appliquer le même raisonnement au développement de nos entreprises ! Plutôt que de s'appuyer sur "les arbres ne montent pas jusqu'au ciel" mieux vaut construire notre développement en pensant que  "Sky is the limit" ! Alors ! Dans votre business : quelles sont les limites que vous pourriez remettre en cause ? Et dans votre vie ? Sébastien Charpentier sur le circuit de Catalunya
2 réponses
  1. Takamine
    Takamine dit :

    Si des limites il y en a, à chaque coin de rue, tantôt réelles tantôt virtuelles et fantômatiques. Les limites réelles sont objectives voire implacables. Les limites fantômatiques sont nos croyances limitantes, notre éducation, nos croyances…souvent bien plus impitoyables que les 1ères. Effectivement, on peut toujours faire mieux, faire plus, progresser, nous sommes tous perfectibles, à des degrés différents.Mais une fois sorti de notre zone de confort et atteint les frontières de zone d’apprentissage…que se passe t-il ? C’est un peu comme dire « show must go on » alors que le pire est arrivé ! « pas de limite » ou plutôt pas d’autres limites que les nôtres.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *