Pourquoi et comment concevoir une ligne éditoriale de blog ?

Vous avez décidé de vous lancer et de développer un blog pour asseoir votre image d’expert et générer de nouveaux contacts entrants ? C’est sans doute une bonne idée (et je serais mal placé pour vous dire le contraire !). Pour accroître l’efficacité de votre blog, vous avez intérêt à concevoir une ligne éditoriale. Pourquoi ? Comment faire ? Pour répondre à ces questions, j’ai invité Frédéric Canevet. Frédéric est blogueur depuis 2006 avec un réseau de blog, dont ConseilsMarketing.com qui rassemble près de 8000 visiteurs / jour. Frédéric est aussi auteur des livres “Le Growth Hacking” et “Dopez votre business avec un Chatbot” publiés aux Editions Dunod.

Avant même de commencer à écrire votre premier article de Blog, je vous conseille d’écrire votre ligne éditoriale. 

En effet, la ligne éditoriale est comme un GPS : elle va vous guider sur le bon chemin afin d’éviter de perdre du temps dans des impasses ou de vous tromper de route… même si vous êtes seul !

Trois raisons d’investir une heure à définir votre ligne éditoriale

Ecrire une ligne éditoriale ne vous prendra pas plus d’une heure, et je peux vous assurer qu’elle vous fera gagner des dizaines d’heures par la suite. En particulier cela vous évitera de produire des contenus qui ne vont pas soutenir et servir votre visibilité sur le web.

Première raison : définir l’image que vous voulez donner et, de là, produire des contenus hyper-impactants

Pour sortir du lot et décider vos prospects à vos contacter, vous devez créer de l’émotion, de la confiance et donner une image d’expert.

Or, pour créer cette émotion, il faut certes connaître son persona et avoir de l’empathie, mais surtout produire les contenus qui vont déclencher cette émotion (confiance, peur…). Or, mon expérience montre que si vous n’avez pas une feuille de route, vous allez produire du contenu au petit bonheur la chance.

Votre ligne éditoriale doit écrémer les contenus, pour vous concentrer sur ce qui va de la valeur aux yeux de vos prospects, afin d’éviter tous les contenus peu inutiles et peu impactants (ex: un contenu hors sujet, un coup de gueule personnel…).

L’autre point, c’est que vous allez définir un ton : apporter systématiquement une expérience terrain, prendre de la hauteur, être à contre courant de la pensée unique, apporter systématiquement de la valeur et du conseil, avoir un style corporate ou humain… 

Ce ton, c’est ce qui fera la différence entre vous et un concurrent (ex: vous allez toujours illustrer par un cas client avant / après même s’il faut l’anonymiser…).

Deuxième raison : avoir une véritable stratégie de contenus

En tant que consultant, vous avez peu de temps. Pour moi, 2 à 4h / semaine est un minimum (d’où l’importance de produire une partie de ses contenus via son smartphone entre deux rendez vous, lors de sa vie de tous les jours…). 

Cependant, pour ne pas vous perdre, il est essentiel de diffuser des contenus qui vont contribuer à votre visibilité, avec une cohérence sur la durée (ex: choisir une thématique, lister les expression clés, les synonymes et expressions alternatives…).

Chaque contenu va soutenir les uns les autres (ex: avis d’expert, témoignages client, études…) pour contribuer à sculpter votre image. 

C’est d’autant plus important que Google adore les sites “mono-thématiques” avec une cohérence de contenus, plutôt que ceux qui sautent du coq à l’âne.

A noter : votre ligne éditoriale peut aussi vous autoriser à sortir une fois par mois de votre pré-carré pour faire de l’humour (ex: une image, une photo…), faire résonner une idée ou une situation dans le quotidien de vos prospects…

Troisième raison : cadrer votre manière d’écrire et définir votre style

Le mot ligne éditoriale fait souvent penser au monde du journalisme, avec cette obligation d’avoir une cohérence entre tous les textes produits par des dizaines de journalistes.

Pour un Blog, c’est la même chose : cela vous servira à calibrer et cadrer selon votre marque de fabrique (et donc pourquoi les gens doivent devenir “accros” à vos articles et les attendre avec impatience)..

La ligne éditoriale vous servira aussi de checklist pour ne rien oublier.

Par exemple, avoir un appel à l’action à la fin de chaque article, à mettre X liens vers des contenus existants sur votre site afin de les revaloriser, avoir un minimum de 1000 mots dans un article, éviter les longues phrases, choisir des illustrations et un style cohérent…

Votre ligne éditoriale sera une véritable colonne vertébrale pour tous vos textes, ce qui simplifiera la mise en place d’une habitude d’écriture, sans devoir repenser à chaque fois à la structure..

Les 7 étapes pour écrire une ligne éditoriale 

Une ligne éditoriale se réalise en 7 étapes.

Etape 1 : En quoi vous êtes différent

Le but est de savoir ce qui va vous démarquer de vos concurrents, afin d’asseoir l’image que vous voulez donner (ex: je suis l’expert de XXX), et de capitaliser dessus.

Etape 2 : Votre mission et la vision

Votre ligne éditoriale est au service de votre mission, et elle est sa matérialisation. Avant de produire un contenu, votre ligne éditoriale doit vous permettre de dire si Oui ou Non produire un contenu est pertinent.

Etape 3 : Les contenus pour attirer vos personas

On ne parle pas de la même manière à un débutant qu’à un expert, à une PME ou à un Grand Groupe…  

Etape 4 : Les sujets principaux et secondaires

Votre blog doit être “la référence” dans votre domaine, cependant vous pouvez avoir la volonté d’apparaître sur des nouvelles tendances, innovations…

Etape 5 : Le calendrier éditorial 

Lorsque l’on est consultant, on se fixe souvent une publication par semaine.

Il est donc essentiel de se concentrer sur les contenus les plus impactants (ex: témoignages clients).

La ligne éditoriale va plus loin, car comprend aussi la curation (diffusion des contenus des autres), la créations de contenus “easy writing” (ex: une photo prise via votre smartphone, des questions posés sur LinkedIn)…

Etape 6 : La structure de vos contenus

Il existe plusieurs méthodes de structuration d’articles, comme la pyramide inversée (du plus général au plus précis),  les 8 W (qui / quoi / comment, où, avec qui, combien, pourquoi, quand et quelles erreurs et bonnes pratiques) ou le SPRIT (Situation / Problème /Résolution / Information / Tâche à faire).

Votre ligne éditoriale doit aller plus loin avec en complément l’optimisation SEO, la source des illustrations, la lisibilité du texte…

Etape 7 : Les choses à faire et à ne plus faire

Mon expérience montre que le simple fait d’écrire ce que vous voulez faire (et ne plus faire), va vous “obliger” à tenir cap (ex : ne plus publier un article sans le relire, vous imposer de réaliser l’article en X minutes, lister le dispositif de promotion…).. De même, votre ligne éditoriale vous servira de prétexte pour refuser des propositions “hors sujet”.

Et si vous faisiez le test ?

Regardez les dix derniers articles d’un blog, et vérifiez que la structure est proche, que les thématique sont cohérentes… Je vous parie que le plus souvent les contenus ne sont pas structurés, avec un manque de cohérence, une dilution de l’image perçue… ce qui est le signe d’une ligne éditoriale inexistante.

Pour aller plus loin, je vous propose de télécharger ma ligne éditoriale http://bit.ly/ligneeditoriale 

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à Arnaud Cielle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *