L’inspecteur Harry se fait bêtement descendre !

Si vous ne consacrez pas tout votre temps à votre entreprise, peut-être avez-vous remarqué cette anecdote. L’acteur et réalisateur Clint Eastwood, invité à la convention républicaine, a prononcé un discours étrange, deux fois plus long que prévu, qui a provoqué de nombreuses critiques et moqueries.

 

Les explications nous sont données – entre autres – par cet article du Point :

 

Clint Eastwood Convention Républicaine

 

En résumé, Clint Eastwood reconnait :

– ne pas avoir préparé son discours, qu’il a improvisé à la dernière minute

– avoir refusé toute contrainte imposée par l’équipe du candidat républicain, Mitt Romney.

 

Ah ! Cette anecdote est riche d’enseignements pour nous, patrons vendeurs !

 

  1. Définitivement, le talent n’existe pas ! Quels que soient notre enthousiasme, notre connaissance du sujet, préparons nos interventions, réfléchissons aux messages que nous voulons faire passer. Sans préparation, la sanction sera implacable.
  2. Tenons nos engagements. Si nous annonçons à un prospect « ma présentation durera cinq minutes« , ne faisons pas une présentation qui dure douze minutes. Les prospects détestent les promesses non tenues et avoir le sentiment que leur temps n’est pas respecté.
  3. Respectons nos partenaires. Si nous décidons de faire affaire avec eux, acceptons leurs contraintes et faisons notre part du deal. Et réciproquement, prenons le temps de valider l’entier engagement de notre partenaire à faire ce que nous lui demandons de faire.
  4. Soyons avec nous-même aussi exigeants que nous le serions avec un collaborateur. Il est peu vraissemblable qu’un réalisateur accepte qu’un acteur n’apprenne pas son texte…. Accepteriez-vous qu’un collaborateur se comporte de la manière dont vous vous comportez ? Si la réponse est négative, vous savez quelle décision prendre !
  5. Enfin, en tant que manager d’une équipe, se pose la question de comment faire accepter des contraintes à une star ? Ai-je bien pris le temps de rechercher l’adhésion à mon plan d’action ? Et dois-je conserver une star ingérable dans l’équipe ? Sert-elle toujours les objectifs de l’entreprise, ou les siens ?
Merci à Brendan Natral, d’easiware, de m’avoir inspiré cet article !

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *