D’où est-ce que tu me parles ?

En tant qu’entrepreneur, vous pouvez recevoir, souvent, de nombreux conseils. « Tu devrais embaucher un commercial » « Mais non, une assistante ! » « Pfff… n’embauche personne ! Tu seras bien mieux tout seul… »
Mouis… Comment faire lorsque l’on entend, sur un même sujet, des avis aussi divergents ? Et d’une manière plus générale, comment traiter les conseils que l’on peut vous prodiguer ?

D’où est-ce que tu me parles ?

Un philosophe* était célèbre pour interpeller ainsi ses contradicteurs : « d’où est-ce que tu me parles ? » Voilà une très bonne question à vous poser lorsque, à la tête de votre entreprise, vous recevez un conseil !
Embed from Getty Images
Pour être plus précis, voici quelques questions à vous / lui poser pour mieux comprendre le point de vue qui vous est donné et éventuellement sa validité :

Quel est le référentiel, le filtre de l’autre ? C’est une évidence, à ne pas oublier. L’autre vous donne un conseil qui est forcément influencé par le filtre de son vécu, de ses échecs et de ses réussites, et de sa situation actuelle. Le dirigeant d’une startup dans le succès, qui a réussi plusieurs levées de fonds et qui embauche chaque mois dix nouveaux collaborateurs n’aura pas le même regard  qu’un directeur artistique indépendant ou encore qu’un expert-comptable qui a créé son cabinet il y a cinq ans et qui a embauché ses deux premiers collaborateurs…

Quelle est sa compétence ? Il ou elle vous donne un conseil pour conduire votre développement commercial. Très bien. Mais quelle est sa compétence réelle dans le domaine ? Quels sont ses succès en la matière ? Il vous conseille de vous appuyer sur un réseau de prescripteurs pour vendre vos services ? Ah bon ? Mais quelle est son expérience sur ce sujet ? A-t-il adopté une façon de faire identique pour lui-même ? Dans quel contexte ? Avec quels résultats ?

Quels sont ses intérêts éventuels ? Eh oui… Dans quelle mesure ses intérêts peuvent-ils le pousser à vous conseiller de procéder ainsi ? Pour prendre un exemple caricatural : ils vous disent, « le phoning, c’est has been, ça ne marche plus ! » Mais ne seraient-ils pas des éditeurs américains d’une solution d’inbound marketing vendue très cher ?

Quelle est sa bienveillance réelle ? Voilà une question très proche de la précédente, mais tout aussi importante ! L’autre veut-il réellement votre bien ou est-il poussé par des motivations égoïstes ?

Dispose-t-il de tous les éléments ? Avez-vous donné à l’autre tous les éléments pour parfaitement comprendre votre situation ? Dispose-t-il ainsi d’une vision claire, exhaustive, lui permettant de vous donner le meilleur conseil ?

Pourquoi ? Ah ! Voilà une question universelle et tellement pertinente… Vous voulez potentiellement tirer tout le profit d’un conseil que l’on vous donne ? Interrogez votre interlocuteur ! Quelles sont les raisons qui te conduisent à me donner ce conseil ?

Et vous : quelles autres questions auriez-vous envie de poser ?

* j’ai recherché sans succès son nom ; si vous le connaissez, je serai ravi de l’apprendre !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *